Le wingsuit à toute vitesse !

Si le rêve de tout être humain est de voler, sachez que c’est désormais monnaie courante !  Depuis les années 90 et surtout grâce à Patrick de Gayardon, inventeur du vol en wingsuit, il est possible de s’élancer dans les airs tels des oiseaux insouciants (à ses risques et périls). Pour commencer sachez (pour ceux qui ne sont pas bilingues) que « wingsuit » signifie « combinaison ailée ». Le principe est simple : lorsque le sportif s’élance d’un avion ou du haut d’une falaise, l’air s’engouffre dans cette fameuse combinaison réduisant ainsi la vitesse du planeur. La particularité de cette tenue réside dans sa composition : un tissu souple, résistant et très près du corps. Grâce à celle-ci, la chute est deux fois moins rapide qu’en chute libre, offrant au parachutiste la possibilité de s’envoyer en l’air sur des kilomètres. Rassurez-vous, à l’exception de Gary Connery, qui a eu l’idée folle d’atterrir sur un sol recouvert de carton, le vol en wingsuit se termine toujours par l’ouverture d’un parachute : nous voilà rassurés (bof en fait !). Vous vous demandez comment il a eu le courage de sauter de 730 mètres d’altitude sans parachute ? Nous, on se demande surtout où il a pu trouver 18 000 cartons…

La slackline « so 2017 »

Vous avez tous sans doute eu cet étrange élastique dans votre champ de vision cet été…  Le concept ?  Marcher en équilibre sur une sangle tendue. La slackline, discipline venue tout droit de Californie, a pour but de « démocratiser le funambulisme » comme l’indique le cofondateur de la marque Slack.fr en précisant que c’est « accessible partout » et « pour tout le monde » *. Vous vous demandez en quoi ce sport est flippant ? Nous avons la réponse. Aujourd’hui les équilibristes des temps modernes ne s’arrêtent malheureusement pas à des traversées au ras du sol, non : ce qui est excitant c’est de parcourir ce fil dans des paysages incroyables et… au-dessus du vide. Parfois, ils s’accordent même des petites folies en passant d’une montagne à l’autre sans aucune attache. Alors ça vous tente ?

L’escalade sans aucune protection ? On A-DORE

Nul besoin de définir ce sport quelque peu dangereux qu’est l’escalade. Comme c’est Halloween et qu’on a décidé de vous faire frissonner, on va plus loin en faisant référence à l’ascension la plus dangereuse de tous les temps (rien que ça ?!) réalisée par Alex Honnold en juin 2017. En 3h57 et sans aucune protection, cet américain a réussi à gravir en solo El Capitan, au Yosemite, un des sommets les plus mythiques du monde. Une prouesse encore jamais réalisée et longtemps pensée… impossible. En effet, seules deux personnes avaient émis l’idée de gravir un jour cette montagne : Michael Reardon, un grimpeur habitué aux solos, retrouvé noyé après une chute d’une falaise et Dean Potter, décédé il y a deux ans dans un accident au Yosemite. Gardons en tête quand même que « la montagne, ça vous gagne » …

Si comme Alex vous recherchez des sensations fortes (et que vous avez fait le tour de votre vie) nous vous donnons la recette :

Temps de préparation : Des années entières

Temps de cuisson : 3h57

Ingrédients :

  • Un brin de folie
  • Un escaladeur américain sans attaches et sans famille
  • Une bonne grosse montagne de 900 m de haut, par exemple El Capitan aux Etats-Unis
  • Un tee-shirt, fétiche de préférence
  • Un pantalon noir en coton
  • Pas de coéquipier
  • Pas de baudrier
  • Pas de corde
  • Aucun système de protection
  • Des chaussures d’escalade (amateur de sensations oui mais pas inconscient non plus)
L’apnée ou comment arrêter de respirer DEFINITIVEMENT

Cette discipline qu’on ne vous présente plus fait partie de notre liste des sports les plus dangereux. Pourquoi ? Parce que c’est carrément flippant de voir des sportifs célèbres tels que Pierre Frolla ou Guillaume Néry nager tranquillement dans l’eau pendant d’interminables minutes, plonger dans des trous sombres sans savoir s’ils vont revenir ou en tournoyant autour de requins aux dents aiguisées. Le combo ou de quoi tourner de l’œil en une vidéo.

Le skeleton, frangin du Bobsleigh !

Le skeleton est un sport d’hiver individuel mêlant bobsleigh et luge. En effet, comme sa petite sœur la luge, il se pratique individuellement sur une planche et comme le bobsleigh, cela consiste à dévaler à toute vitesse un couloir de glace. La différence réside dans la position du sportif qui se place sur son engin à plat ventre, tête la première. Il est important de préciser qu’il n’est vêtu que d’une simple combinaison et d’un casque et que, outre le fait que ses deux bras soient calés dans de petites poignées invisibles, il n’est ni attaché, ni protégé. Sérieusement, où sont les genouillères, les coudières et LES FREINS de cette foutue planche ? Sachez que ce sport d’hiver est programmé depuis 2002 aux Jeux olympiques d’hiver et ça se comprend au vu de l’adresse et de la concentration qu’il requiert.

Si toi aussi tu aimes les sports extrêmes et que personne ne fait le poids dans ton entourage, trouve des Partners qui n’ont pas froid aux yeux et teste, toi aussi, ces sports flippants (en toute sécurité bien sûr) grâce à l’application Moovenow ?

 

* http://www.masculin.com/lifestyle/6358-slackline/